ARTS-POPULATIONS-TERRITOIRES

ARTfactories/Autre(s)pARTs est un groupe d’acteurs culturels et d’artistes, réunis autour d’un projet commun de transformation de l’action culturelle par l’expérimentation d’autres rapports entre populations, arts et territoires. En savoir plus

Lire les 9 principes d’ARTfactories/Autre(s)pARTs, actualisés en décembre 2012.


ESPACES-PROJETS EN LANGUEDOC-ROUSSILLON

Fabriques artistiques, lieux intermédiaires, espaces-projets, créations partagées… Qu’il y a-t-il de commun entre ces expériences singulières menées en Languedoc-Roussillon ? Le 12 novembre 2013, à la Friche de Mimi, ARTfactories/Autre(s)pARTs encadrait un atelier de réflexion sur le sujet.

Cette journée de réflexion comportait plusieurs enjeux. Au niveau local, il s’agissait de poursuivre la mise en place d’une fédération des acteurs expérimentant de nouvelles manières de faire art et culture en Languedoc-Roussillon. Pour l’association ARTfactories/Autre(s)pARTs, cet atelier permettait de nouer des liens avec la région tout en accompagnant cette dynamique collective naissante. Les modalités de cet atelier étaient par ailleurs différentes de celles habituellement proposées par Af/Ap
(cf. les autres ateliers de réflexion).

Imaginées par Emilien Urbach (compagnie Sîn), les règles du jeu de cette journée d’échange visaient, selon ce dernier, à « rendre les choses plus vivantes qu’elles ne le sont lorsque des personnes se retrouvent assises autour d’une table ». La journée était organisée de la manière suivante :
- le matin, 6 rencontres performatives suivies d’un échange avec la salle : Les 6 structures ayant accepté l’exercice de la performance disposaient de 6 minutes pour réagir à la Lettre ouverte aux élus et responsables de politiques culturelles publiée en juillet 2013 par ARTfactories/Autre(s)pARTs suite à la parution du livre In Vivo.
- l’après-midi, 4 ateliers de réflexion regroupant chacun une douzaine de participants débattant de l’une des 4 notions retenues. En savoir plus

Les 4 mots du jour : artiste citoyen, résistance, fabrique, commun.

Lire les synthèses multimédia :
// Atelier n°1 // Qu’est-ce qu’un artiste citoyen ?
// Atelier n°2 // Ce que résistance veut dire ?
// Atelier n°3 // Qu’est-ce qu’on fabrique ?
// Atelier n°4 // Quoi de commun ?

Télécharger les synthèses en PDF


COMMUNIQUE

A l’occasion du Forum National des Lieux Intermédiaires, réuni au Collectif 12 à Mantes la Jolie les 28 et 29 Janvier 2014, a été décidée la constitution d’une Coordination Nationale des Lieux Intermédiaires et Indépendants.

Souhaitée par la centaine de lieux et par les réseaux, syndicats et fédérations présents : Actes if, l’UFISC, le Synavi, la FRAAP, THEMAA, ARTfactories/Autre(s)pARTs, le L.I.E.N, la Fédération Nationale des Arts de la Rue, cette coordination ouverte se donne comme objectifs :

  • la reconnaissance de la place essentielle des lieux intermédiaires dans l’expérimentation et la création artistiques contemporaines.
  • la reconnaissance du rôle essentiel des lieux intermédiaires dans le renouvellement des pratiques et des relations des œuvres et des artistes aux territoires et aux habitants
  • le développement urgent de politiques publiques, nationales et locales, prenant acte et consolidant ce vaste mouvement artistique et culturel ainsi que la pertinence politique et sociale de ses modes d’actions. Lire la suite

Lire le communiqué complet
En savoir plus sur le Forum National des Lieux Intermédiaires


news

Lettre ouverte aux élus et responsables de politiques culturelles

Lettre ouverte aux élus et responsables de politiques culturelles

Plus que jamais d’actualité ! Retrouvez-la dans le dossier Culture : L’état des lieux de Friture Mag ! Lire l’article dans Friture Mag

Les rencontres nationales In Vivo organisées à Mix’art Myrys à Toulouse par l’association ARTfactories/Autre(s)pARTs les 31 mai et 1er juin 2013, à l’occasion de la sortie de l’ouvrage éponyme consacré aux Lieux d’expérimentations du spectacle vivant, ont soulevé un certain nombre de questions qui nous semblent essentielles aujourd’hui. Par cette lettre nous souhaitons porter ces questions sur la place publique, et interpeller les responsables nationaux et territoriaux.