Pour une nouvelle association des porteurs de projet artistique et culturel à la définition et la mise en œuvre des politiques culturelles

Le droit à la culture s’inscrit peu à peu dans les droits fondamentaux du citoyen européen. Ce droit n’est pas seulement un vœu formel, il doit pouvoir s’étendre à l’ensemble des citoyens et assurer enfin les messes contenues dans le concept de démocratie culturelle. Face à la pression uniformisante de la mondialisation d’un côté et la régression identitaire sur les mythologies régionalistes, ethniques et religieuses de l’autre, il semble que la culture puisse jouer un rôle fondamental à condition bien évidemment qu’elle s’ouvre de plus en plus largement à un nombre croissant de citoyens, surtout ceux qui ne sont pas encore concernés par l’offre culturelle traditionnelle. Cette nouvelle dimension de la politique culturelle doit impliquer l’ensemble des organisations, mais surtout celles qui la mettent déjà en œuvre sur le terrain. Le rôle des équipes porteuses de projets artistiques et culturels, tels que nous venons de les préciser, devient prééminent dans ce contexte. Une étape de l’action culturelle a été franchie : celle des équipements, de l’offre culturelle croissante. Une autre doit s’ouvrir, qui favorise un nouveau processus instituant, déployant d’autres relations avec la population, permettant une effervescence créatrice plus partagée. Les friches culturelles, les nouvelles équipes et espaces-projets artistiques sont, par leur position même, les partenaires privilégiés de cette nouvelle étape.

Proposition 10

Autre(s)pARTs réaffirme sa volonté d’être un interlocuteur collectif pour l’ensemble des partenaires civils et publics qui désirent approfondir les problématiques, les thèmes et les propositions que nous venons de rappeler.


Mis à jour le vendredi 23 octobre 2009
Répondre à cet article