MIX'ART MYRYS - TOULOUSE (31)


Nom : MIX’ART MYRYS
Organisation juridique : l’association a t cre en 1997. Derniers changements de statuts : 28 novembre 2005
Commune et/ou groupement de communes : La Communaut d’Agglomration du Grand Toulouse est prside par la ville de Toulouse.
Membres : voir carte des membres de la Communaut d’Agglomration.

Mix Art Myrys

Rgion : MIDI PYRENEES
Dpartement : Haute-Garonne
Adresse : 12 rue Ferdinand Lassalle- 31200 Toulouse
Site web : mixart-myrys.org

Fiche projet ARTfactories/Autre(s)pARTs



PRATIQUES ARTISTIQUES ET CULTURELLES


Gense du projet : En 1995, des artistes commencent investir les usines Myrys Toulouse, laisses l’abandon. Le site fait 5000 m2 au sol, comprenant de grands hangars, des maisons et de l’espace extrieur. Le lieu met en confrontation, en connivence des sans-papiers, des personnes en rupture sociale, des artistes prcaires et non, en mal d’espace de travail et/ou la recherche d’autres champs d’investigation.
Trs vite, sous l’gide du systme D, des solidarits du quotidien, cet ensemble clectique d’individus fait de la friche Myrys une marmite bouillonnante, exprimentale tant au niveau humain qu’artistique. En 1997, le collectif, espace Myrys », se monte en association devant la menace d’expulsion et devient l’association Mix’Art Myrys. Au printemps 1998 l’expulsion des trois quarts du site est ordonne, puis cet espace est dtruit.
L’espace restant est son tour menac, le propritaire ayant dcid de vendre. Mix’Art Myrys sollicite les pouvoirs publics pour une solution de relogement correcte. Les rponses apportes sont alors juges inacceptables (sites trop petits et loigns du centre ville).
Il s’ensuit une srie de squats et d’expulsions ngocies (l’ENSAT en avril 1999, le chteau d’eau en 2000, l’ancienne prfecture en 2001). Durant ces quatre ans et demi d’occupation de l’Ancienne Prfecture (ou Ancien Grand Htel), Mix’Art poursuit les ngociations avec l’ensemble de ses partenaires. Ce qui aboutit la signature d’une convention entre l’association et la Communaut d’Agglomration du Grand Toulouse (CGAT), les Conseils Gnral et Rgional et l’Etat, afin que le collectif s’installe lgalement sur un site mis disposition par la CGAT le 13 Juin 2005.


Artistes prsents sur le lieu :
environ 300 adhrents
Disciplines prsentes : thtre, arts plastiques, musique, cirque, vido, photo, danse, arts de la rue.

Action culturelle :
Partenariats avec d’autres structures artistiques (structures conventionnes ou non) : L’association Mix’Art Myrys a cr des liens avec d’autres friches comme l’Usine ou la Grainerie ; elle est membre fondateur du Couac et associe aux rseaux Fdercie, Tackticollectif, au Collectif des arts du cirque de l’agglomration toulousaine. Ces partenariats donnent lieu des rsidences artistiques rciproques et des changes vnementiels et d’exprience.

Partenariats avec les associations du quartier : Du fait de leur proximit, les voisins sont particulirement concerns par les activits de l’association. Le rapport de bon voisinage s’appuie sur la relation directe et la recherche de partenariats valorisant les contacts.
Dans ses anciens locaux, l’association a entretenu des liens fructueux avec les associations de quartier. Faute d’une telle structure associative dans le quartier St Etienne (Ancienne Prfecture), les changes avec les riverains s’y sont fait par le biais des expositions, trs frquentes et des journes portes ouvertes.

Accueil d’artistes en rsidence et critres de mise disposition d’espaces de cration : le choix des projets accdant aux espaces de cration est fonction de plusieurs paramtres : mixit des disciplines, des niveaux de comptences et volont d’apprhender le principe d’autogestion. Le porteur de projet signe avec l’association une convention d’occupation fixant la nature du projet venir et des travaux antrieurs, le temps de ralisation, la ou les perspectives de diffusion intra/extra muros, la notion de collectif et le principe d’autogestion.
Pour autant, Mix’Art Myrys apprhende tant des projets dfinis dans le temps avec une finalit de diffusion, que des tats de recherches qui donnent lieu des tapes de travail. Ces critres de slection questionnent l’obligation de rsultats et intgrent le droit l’erreur dans les rsidences.

Lieu de ressources : Mix Art est membre du COUAC. Le Collectif Urgence d’Acteurs Culturels, est une association de type collgiale qui runit une soixantaine d’acteurs culturels de l’Agglomration toulousaine. L’association a t fonde sur le constat qu’il n’y avait pas, dans l’agglomration toulousaine, de lieu de rflexion et de coordination, ni d’outil de proposition en matire de dveloppement de la politique culturelle dans les champs non couverts et pris en charge par l’institution. Les structures professionnelles membres du Couac ont trouv l un lieu ncessaire d’changes avec les partenaires professionnels sur la ville, facteur d’un quilibre sain entre des acteurs agissant dans des domaines trs sectoriss. cf. www.couac.org


CONTEXTE TERRITORIAL


Contexte dmographique : La population de l’aire urbaine de Toulouse a continu de s’accrotre un rythme exceptionnellement rapide entre 1990 et 1999. L’aire urbaine compte dsormais 917 300 habitants et se situe ainsi au cinquime rang des aires urbaines franaises derrire Paris, Lyon, Marseille - Aix-en-Provence et Lille. Durant la dernire dcennie, la ville de Toulouse s’est dveloppe. Elle atteint 390 350 habitants pour 358 688 en 1990. La plus grande part de cette augmentation de population (71 %) est lie un fort excdent naturel, mais, fait nouveau par rapport la dcennie prcdente, la ville est nouveau attractive puisqu’elle gagne plus d’habitants qu’elle n’en perd dans ses changes migratoires (9 400 habitants).
Malgr la reprise dmographique de la ville de Toulouse, ce sont surtout la banlieue et la couronne priurbaine qui accueillent l’essentiel des nouveaux habitants. Mme si sa progression est moins vive que par le pass, la banlieue, en raison de son attractivit, capte encore la moiti de la croissance dmographique de l’aire urbaine.

Contexte gographique : Toulouse est la ville-centre de l’aire urbaine de Toulouse.
Rapport avec la ville-centre : l’association Mix’Art Myrys occupait par la squat les locaux de l’ancienne prfecture en plein cur de Toulouse ; elle est prsent relocalise » toujours sur Toulouse.

Situation du logement : La pression foncire a fait grimper le tarif des terrains un niveau lev ce qui a incit le propritaire des usines Myrys vendre les terrains, et a contraint l’association se relocaliser.

Contexte artistique : Pnurie de lieux de cration pluridisciplinaires Toulouse particulirement en centre ville.


MODE D’OCCUPATION DU LIEU


Squat : En 1995, les usines Myrys Toulouse, laisses l’abandon sont squattes par des sans-papiers, des SDF. Le site fait 5000 m2 au sol, comprenant de grands hangars, des maisons et de l’espace extrieur. En avril 1999 Myrys investit l’ENSAT, ancienne cole d’agronomie o s’installent une trentaine d’ateliers individuels ou collectifs, toujours pluridisciplinaires.
Trois jours de portes ouvertes, runions, concerts, rassemblent prs de cinq mille personnes.
L’expulsion est ordonne mais une concertation avec les pouvoirs publics est promise. Le 11 avril 2000 Mix’Art investit le chteau d’eau face au Thtre Garonne. Des ngociations plus prcises se dclenchent avec les pouvoirs publics. La Mairie obtient cependant un ordre d’expulsion du Tribunal. Pour la dernire fois, l’association se rfugie dans ce qui reste des anciennes usines Myrys.
Elles sont vendues en janvier 2001. Mix’Art quitte donc les locaux et occupe l’ancienne prfecture dans la Rue de Metz, ce qui reprsente 8000m2 sur 5 tages et sous-sol. Le rectorat, qui s’est vu attribuer le btiment, porte plainte et obtient un ordre d’expulsion.


Initiative publique :
Un projet de convention entre les pouvoirs publics et l’association vient d’aboutir (juillet 2005). D’aprs ce document, une convention temporaire d’occupation du 12 rue Ferdinand Lassalle est signe entre le Communaut d’Agglomration du Grand Toulouse et l’association Mix’Art.


ACCOMPAGNEMENT DES POUVOIRS PUBLICS


Pouvoirs publics intervenants : la Prfecture, la DRAC Midi-Pyrnes, la CAGT, le Conseil Rgional Midi-Pyrnes, le Conseil Gnral de la Haute Garonne.


Comptence de l’agglomration en matire culturelle :
La Communaut d’agglomration, prside par la mairie de Toulouse, n’a pas de comptence culturelle mais est comptente en matire de politique de la ville et en matire de construction, amnagement, entretien et gestion des quipements culturels et sportifs communautaires.

Contrat d’agglomration : la CAGT a pris l’engagement de soutenir la structure, en l’inscrivant dans le volet culturel du Contrat d’Agglomration du Grand Toulouse, sign le 3 novembre 2003.

Convention : une convention entre la Communaut d’Agglomration du Grand Toulouse, le Dpartement de la Haute-Garonne, la Rgion Midi-Pyrnes, l’Etat et l’Association Mix’Art Myrys. Une relocalisation du projet de Mix Art est en cours.


FONCTIONNEMENT DU LIEU


Organisation : Sur les premiers mois de l’occupation de l’Ancienne Prfecture, des centaines d’artistes de toutes disciplines viennent demander des ateliers, progressivement le btiment se remplit entirement, l’association a du mal grer le passage de 40 artistes permanents plus de 400 artistes. Progressivement le nombre d’adhrents se stabilise autour de 300.
Mix’Art Myrys fonctionne avec un systme de rfrents ; dans chaque discipline artistique, un ou plusieurs rfrents coordonnent les adhsions et les suivis des artistes. De mme la gestion de chaque tage du lieu ou autre espace identifi est coordonne par un rfrent par espace. Il existe aussi des rfrents ad hoc en charge des partenariats. Le bureau largi de l’association est constitu du bureau lu, des salaris et des rfrents ; il se runit une fois par semaine.

Principes de gestion du lieu : L’empirisme de l’aventure ses dbuts amne poser l’autogestion comme principe de fonctionnement. L’autogestion s’est dveloppe sur la notion de participation libre et ncessaire, responsabilisant chaque acteur quant la gestion de son temps mis disposition et de son choix de champ d’intervention.
Au fil du temps l’autogestion s’est affirme comme une mutualisation des moyens humains, artistiques, techniques et conomiques, une plate-forme d’change de savoirs et de savoirs-faire.
Tout membre actif tant acteur, l’autogestion assure une rciprocit de l’individu au collectif, du collectif l’individu ». Souplesse de fonctionnement ncessaire au processus de cration, tant en terme d’horaires d’utilisation des locaux, que d’exploitation de l’architecture du bti, que de l’attribution d’une fonction aux diffrents espaces.

Mis à jour le mercredi 5 mars 2014