Les enjeux culturels au sein des projets de réaménagement urbain - Janvier 2012

Parce qu’ils préfigurent les modes de vie futurs, les grands projets de réaménagement urbain ont une portée culturelle dont il importe de prendre la mesure. Ces enjeux, les acteurs culturels et les artistes réunis au sein d’ARTfactories / Autre(s)pARTs (Af/Ap) y sont quotidiennement confrontés, en inventant de nouvelles démarches artistiques et formes d’action culturelle. Leurs expérimentations suffisent-elles à en faire des acteurs à part entière des transformations urbaines ?


Les enjeux culturels au sein des projets de réaménagement urbain - Janvier 2012

►SYNTHÈSE COURTE

Projets urbains et populations
Les projets de réaménagement urbain portent des représentations de l’espace public qui ignorent souvent la complexité des enjeux culturels qui y convergent. Les moyens financiers mis en œuvre sont trop importants ou les méthodes trop grossières pour prendre en considération la diversité des personnes qui coexistent sur un territoire. On remarque pourtant, et ce dans le sillage de la politique de la ville qui a largement contribué à bousculer les habitudes et à redistribuer les rôles, la multiplication d’instances participatives associées aux projets de mutations urbaines, mais à leurs marges. Il s’agit par exemple de réunions de concertation, de comités consultatifs ou de débats publics dont l’objet est d’ouvrir le cercle de la réflexion et de la décision à l’ensemble de la population des territoires concernés. Sans rien dire de l’absence de poids juridique de ces instances qui, en réalité, ne sont que des organes de communication, au mieux des réservoirs où les responsables politiques et techniques peuvent puiser des idées, elles témoignent en revanche d’une volonté collective de nouveaux modes de gouvernance.

Démarches artistiques partagées
D’une certaine manière, ce renouvellement des modes d’action et d’organisation se retrouve au sein des démarches artistiques et des projets culturels représentés au sein d’Af/Ap. Il en va ainsi du changement de place et de rôle que les artistes occupent dans une création intégrant des non professionnels et prenant en compte les spécificités d’un territoire. Sous des formes et à des degrés divers, la relation entre ces éléments (art, populations, territoires) guide de tels projets.Observant que cette approche sensible et relationnelle fait souvent défaut dans la conduite des projets urbains, les membres d’Af/Ap ont cherché durant cette journée comment faire valoir cette vision de l’art et de la culture qui, au final, induit une manière de vivre ensemble. Entre d’un côté l’engagement citoyen et la promotion de telles valeurs au sein des instances de concertation qu’on vient d’évoquer et, de l’autre, la nécessité de se recentrer sur l’action artistique et culturelle, les avis ont divergé sur la stratégie à adopter. Dans tous les cas, les artistes et les acteurs culturels ne peuvent continuer à agir à l’écart de ces projets urbains sous peine de disparaître.

Expérimentations politiques
Croire que la manière dont on conduit une démarche artistique et celle dont se déroule un projet urbain peuvent coïncider serait une erreur. L’expression artistique, aussi partagée soit-elle, n’est pas a priori un bien commun, au contraire des enjeux collectifs recoupés dans la transformation urbaine. En revanche, les savoir-faire mis en œuvre par les artistes pour mener à bien ces projets méritent certainement d’être valorisés et reconnus par les différents acteurs du réaménagement urbain. Car ils portent sur des problématiques de gouvernance (sans parler évidemment de leurs capacités à les traduire en un langage esthétique et sensible). Mais c’est justement là que le bât blesse, la dimension sensible étant moins facile à appréhender comme l’ont démontré la difficulté à aborder ce sujet durant l’atelier de réflexion. À moins que le sensible ne soit l’attention et la place accordée aux relations entre les personnes, que ce soit à l’échelle d’un projet artistique ou du réaménagement d’une ville.

Sébastien Gazeau
Textes rédigés à partir des propos tenus à Vitry-sur-Seine le 27 janvier 2012 lors de l’atelier intitulé « Comment (re)penser les enjeux culturels au cœur des enjeux de réaménagement d’un territoire de portée métropolitaine ? »

Quentin Dulieu (Af/Ap)
Coordination des Ateliers de réflexions

PDF - 954.3 ko
Synthèse Longue - Enjeux culturels & réaménagement urbain
Mis à jour le mercredi 26 décembre 2012