Les voisins ne sont pas des habitants comme les autres. Parfois mme ils sont artistes et dcident de s’interroger sur ce lieu commun (quartier, immeuble, histoire) qu’ils partagent. Que faire de cette relation de voisinage ? S’y confronter, comme le font les artistes et les acteurs culturels prsents lors de cet atelier. Et y dcouvrir la source d’enjeux dpassant largement les frontires du quotidien.


►SYNTHSE COURTE

Pour une relation humaniste

Parmi les innombrables manires de travailler la question du voisinage au sein des espaces-projets reprsents durant cet atelier, il existe deux grandes catgories, toutes deux lies au temps. Soit il s’agit d’tablir une relation au long cours, qui implique une proximit gographique durable entre les voisins et une quipe artistique ; soit il s’agit d’un rapprochement conjoncturel motiv par la ralisation d’un projet. Dans les deux cas, les voisins sont au centre des proccupations des artistes qui y trouvent la justification de leur travail ou la matire de leur cration. De la mme faon qu’ils invitent leurs voisins changer de point de vue sur leur entourage, les artistes cherchent renouveler la place qu’on leur accorde gnralement. De fait, ils dfendent une relation humaniste de personne personne qui pourra se manifester dans le cadre d’une production artistique ou plus simplement travers diffrents moments d’change plus ou moins informels. Selon le territoire qu’ils habitent ou sur lequel ils interviennent, les artistes s’attacheront une histoire commune, suffisamment prsente pour servir de point d’appui, comme la culture minire Loos-en-Gohelle ou ouvrire Aulnoye-Aymeries. Plus gnralement, toute action travaillant en lien avec le voisinage s’appuie sur un lieu commun (deux immeubles proximit du TNT, le projet de transformation du quartier o se situe Gare au thtre) o se croisent des histoires et des imaginaires que les artistes cherchent faire se rencontrer.

Une dmarche politique et artistique
La rencontre est en effet primordiale pour les artistes engags dans ce type de dmarche. C’est elle qui va dcider d’un projet (d’une certaine manire, le 232U est le fruit de toutes les rencontres occasionnes sur ce territoire pendant une dizaine d’annes) et concentrer toute l’attention au point de faire de la production artistique un aspect parmi d’autres d’une relation. Il semble que la question du voisinage devienne alors La question fondamentale autour de quoi tourne tout le reste. Autrement dit, c’est larelation entre personnes runies au sein d’un mme lieu qui est mise en jeu par les artistes. ct de qui j’habite ? De quelles manires ? Qu’est-ce que je partage avec mes voisins ? Quelle image je me fais d’eux et se font-ils de moi ? Si les enjeux de ces actions sont thiques et politiques, les artistes n’en sont pas moins attachs la dimension artistique. C’est mme parce qu’il y a uvre avec les habitants » que leur travail se distingue de celui men par d’autres acteurs de terrain, du secteur social notamment. Ils y sont d’autant plus attachs que leurs tutelles risquent toujours de confondre ces actions entre elles et de ne pas saisir la singularit de leur dmarche. Mais la nature de cette cration artistique est d’un autre ordre que celui d’une forme acadmique et mrite d’tre apprcie selon des critres non exclusivement esthtiques.

Agir en terrain sensible
L’originalit revendique par les artistes ne signifie pas qu’ils cherchent travailler l’cart ou en-dehors du tissu social qui unifie un territoire. Ils essaient au contraire de s’adapter ses particularits au risque parfois de se trouver mis en dfaut. Lorsque par exemple des partenaires intermdiaires (associations locales) s’approprient leur projet au point d’en dnaturer les intentions ; ou lorsque eux-mmes, parce qu’ils ne sont pas l’abri de certaines drives, perdent de vue les ralits auxquelles font face leurs voisins et qu’ils les soumettent leurs proccupations artistiques. C’est le rle de la mdiation de prvenir tout face--face entre artistes et voisins qui conduirait plus de cloisonnement, tandis qu’il s’agit d’en rduire les effets nfastes.

Sbastien Gazeau
Textes rdig partir des propos tenus Aulnoye-Aymeries
le 25 avril 2010 lors de l’atelier de rflexions

Quentin Dulieu (Af/Ap)
Coordination des Ateliers de rflexions

Mis à jour le mardi 3 janvier 2012