L’expérimentation artistique dans les évènements : l’exemple de la métropole marseillaise - Février 2010

L’atelier de réflexions organisé le 16 février, à la Friche La Belle de Mai, à Marseille, a permis d’explorer la place des expérimentations artistiques dans des évènements aussi prestigieux que les capitales européennes de la culture. Ces expérimentations brouillent les frontières entre le micro et le macro, le local et le global. Mais, à quelles conditions peuvent-elles garder leurs valeurs et s’épanouir dans ce cadre ?

Suite à sa participation à cet atelier, Pascal Nicolas-Le Strat (politiste et sociologue) a écrit un Article paru dans la revue Multitudes 45 n° spécial été 2011

Plus d’infos sur son blog lecommun.fr. Le document est téléchargeable ici.


L’expérimentation artistique dans les évènements : l'exemple de la métropole marseillaise - Février 2010

Installation Footsak/Les Pas Perdus – (Durban) – 2010

►SYNTHÈSE COURTE

Un territoire toujours aussi fertile
La métropole marseillaise est un territoire particulièrement fécond en matière de projets relevant de ce qu’il est convenu d’appeler les Nouveaux Territoires de l’Art (NTA). Cette appellation (suite aux préconisations d’un rapport confié à Fabrice Lextrait, en octobre 2000, par Michel Duffour, alors secrétaire d’État au patrimoine et à la décentralisation culturelle sous le gouvernement Jospin) trouva sa consécration lors d’un colloque international organisé, en 2002, à la Friche la Belle de Mai. Il fut alors évident que les NTA recouvrent une réalité foisonnante et en prise avec les enjeux essentiels de l’action artistique et culturelle. Mais, le fantastique espoir suscité par le colloque de 2002 n’a pas tenu ses promesses politiques. Pourtant les valeurs fondatrices des projets qui se reconnaissent sous cet intitulé sont plus que jamais actives. Les démarches sont efficientes et nombreuses. Comme le prouve d’ailleurs l’exemple marseillais. La perspective de Marseille Provence 2013, capitale européenne de la culture et le coup de projecteur que va générer cet événement est l’occasion de rappeler que ces territoires de création expérimentent concrètement les conditions nécessaire à l’avènement d’une véritable démocratie artistique.

Mettre en récit
Aborder ces expérimentations à partir de leur ancrage territorial ne signifie en rien les circonscrire à une géographie ou les enfermer dans des spécificités locales. Ces projets ont tous vocation à se nourrir fortement du contexte dans lequel ils se développent, mais pour le transcender et ainsi œuvrer, par la pratique, à d’autres relations entre l’art et la population. Ils sont fondamentalement transversaux et trans-sectoriels et s’inscrivent dans un mouvement de décentralisation que la politique actuelle du gouvernement met cruellement à mal.

Comme le souligne Pascal Nicolas-Le Strat, ces aventures sont le ferment de récits qui pourraient nourrir ensuite d’autres narrations politiques et sociales. Et le chercheur de souligner que les sciences sociales, elles aussi, ont besoin de sortir de leurs murs.

Mais le contexte de crise favorise le repli. Confrontés à de multiples difficultés, notamment économiques, les artistes se retrouvent cantonnés dans des cadres qui les étouffent. De même la pensée produite par les universitaires et les chercheurs n’arrivent pas à irriguer la société.

Des projets majoritaires
© Salle d'exposition/Marie Legros – 3 Bis F (Aix-en-Provence) - 2010 La visibilité de ces projets passe donc par une mise en récit qui dépasse la seule portée artistique. Il s’agit bien de réamorcer la dimension politique à l’intérieur de ces actions. Il apparaît évident que le contexte politique national et international n’est pas, pour l’instant, propice à l’émergence de telles initiatives. Mais, si les forces au pouvoir freinent le développement de ces projets, elles n’arrivent pourtant pas à les annihiler. Bien que considérées comme minoritaires par les instances dirigeantes, elles sont fondamentalement majoritaires dans leur volonté à concerner l’ensemble des populations, au plus près de leur vie quotidienne. Le projet porté par Guy-André Lagesse et son association les Pas Perdus, Footsak - La balle au bond 2010, est emblématique de cette capacité à enchanter le réel. Trois artistes poussent un ballon de football à travers le continent africain, de Marseille à Durban, en pleine période de préparation de la Coupe du Monde. En chemin, ils se font les catalyseurs d’un processus artistique in situ, impliquant la participation de la population rencontrée. Ils célèbrent ainsi la fantaisie et l’inventivité du « monde des modestes ».

Du micro au macro
Ces démarches circulent donc avec facilité entre ici et ailleurs, entre les approches « micrologiques » et « macrologiques ». Mais elles entrent difficilement dans les cadres de la légitimation institutionnelle. Comment obtenir cette légitimité sans se laisser enfermer dans des labellisations normatives ? Comment ces processus, ces expérimentations, peuvent-elles intégrer des postures « de grande envergure » qui, elles, favorisent la dimension événementielle ? La perspective de Marseille Provence 2013, capitale européenne de la culture, est, en ce sens, emblématique. Marseille Provence a, en grande partie, décroché le titre de capitale européenne de la culture grâce à la capacité de ce territoire à être un laboratoire de création. Pourtant, la programmation de l’année 2013, pour drainer un maximum de visiteurs, risque de valoriser les formes de l’excellence artistique, jouant plus sur l’effet vitrine que sur une véritable irrigation culturelle du territoire. Quant à la participation des habitants, s’appuiera-t-elle vraiment sur une démarche de co-construction intégrant les désirs et les aspirations de ces derniers ?

Tourner vers demain
En tout cas, les projets véritablement ancrés sur la ville ne veulent pas être relégués à la marge. Ils ont su développer des savoir-faire en termes de portage de projet, d’ingénierie, de médiation. Ils ont inventé des modes de gouvernance innovants et opérationnels dont devrait s’inspirer la capitale européenne de la culture et plus globalement l’ensemble des politiques publiques. Car, ces démarches nous aident à penser la complexité des relations qui régissent la société. Elles débordent largement les seules préoccupations artistiques pour contaminer, transversalement, les champs politiques, économiques, sociaux, éducatifs, urbains, environnementaux… A l’heure où les politiques publiques doivent intégrer des paradigmes radicalement nouveaux, ces projets anticipent les mutations et ouvrent des horizons sur les conditions du vivre ensemble. En 2012, dix ans après le colloque sur les Nouveaux Territoires de l’Art, un événement mêlant actions et réflexions pourrait réaffirmer cette évidence.

Fred Kahn
Textes rédigé à partir des propos tenus à Marseille le 16/02/10 lors de l’atelier de réflexions

Quentin Dulieu (Af/Ap)
Coordination des Ateliers de réflexions

Mis à jour le jeudi 23 juin 2011
Répondre à cet article
  • 22 septembre
    18:08
    Célia
    par Célia

    Tout ce que vous exposez est juste.
    Célia Magasin entre coquins

  • 1er août
    19:48
    Rami
    par Rami

    Chaque semaine je consulte ce site web dans le but d’y consulter les derniers articles. Encore une fois, la qualité est vraiment bonne.
    Rami http://boutique-the.tumblr.com

  • 27 juillet
    10:26
    Lila
    par Lila

    On a habituellement la fâcheuse habitude de juger trop vite et à dire des idioties sur ce sujet épineux.
    Vous avez bien fait de prendre cet aspect du thème. Merci, j’ai hâte de vous lire le mois prochain. :-)
    Lila taxi-aeroport-marseille-provence.tumblr.com

  • 21 juillet
    14:17
    Lucille
    par Lucille

    Encore un point de vue passionnant. D’où viennent toutes ces informations ? Je désespère souvent de trouver des actualités originales en ligne. Comment faire pour vous parler ?
    Lucille code promo Pierre et Vacances

  • 21 juillet
    10:15
    Christine
    par Christine

    Mais quel avis original. D’où vous viennent toutes ces informations ? C’est si rare de trouver des actus originales sur le net. J’aimerais vous écrire. :-)
    Christine certificat de non gage gratuit et immédiat

  • 21 juillet
    09:09
    Chahine
    par Chahine

    J’ai bien l’impression que je ne lis pas ce billet pour la toute première fois.
    Ecrivez-vous également dans un journal ?
    En tout cas, il me semble que votre post est très bien écrit.
    Chahine k-bis

  • 20 juillet
    13:57
    Natalia
    par Natalia

    J’ai le sentiment que je ne lis pas cela pour la première fois.
    Publiez-vous dans un journal ?
    Dans tous les cas, je trouve que votre argumentation est bien pensée.
    Natalia extrait de kbis

  • 20 juillet
    10:05
    Bakary
    par Bakary

    La grande majorité des français a souvent tendance à réfléchir trop vite et à faire des généralités sur ce problème complexe.
    Vous avez vraiment bien fait de prendre cet angle d’attaque. A très bientôt, bonne continuation.
    Bakary certificat de non gage en ligne gratuit

  • 19 juillet
    15:19
    Charly
    par Charly

    En voilà un super bon point de vue, je reste dans l’attente de découvrir vos autres articles.
    Charly taxi aéroport Marseille Provence

  • 14 juillet
    19:02
    Nolan
    par Nolan

    Mon copain m’a conseillé de consulter votre site web et je ne regrette pas. J’y vois beaucoup d’actus instructives. C’est chouette.
    Nolan pieces detachees engins travaux publics

  • 23 mai
    18:04
    L’expérimentation artistique dans les évènements : l’exemple de la métropole marseillaise - Février 2010
    par david

    Vraiment sympa il faut continuer comme ça je viens d’acheter une coque etui iphone 6

  • 17 mai
    10:27
    robinjack
    par robinjack

    Ces expérimentations brouillent les frontières entre le micro et le macro, le local et le global. Mais, à quelles conditions peuvent-elles garder leurs valeurs et s’épanouir dans ce cadre ?
    eCom Success Academy

  • 7 avril
    12:08
    L’expérimentation artistique dans les évènements : l’exemple de la métropole marseillaise - Février 2010
    par jackmen

    Exercisers often do not think about fueling their body before, during, or after exercise. They doggedly complete their exercise routine and go on about their day. Exercisers often do not think about fueling their body before, during, or after exercise. They doggedly complete their exercise routine and go on about their day.

  • 4 mars
    17:09
    L’expérimentation artistique dans les évènements : l’exemple de la métropole marseillaise - Février 2010

    They also attempted make sure that the lawsuit not to mention cool plans could overcome all of the sensible mass of temp to halt solution breakdown or alternatively instability problems. travelfreak

  • 4 mars
    12:05
    OC Housing News

    I use only high quality materials - you can see them at :
    Real Estate News

  • 3 mars
    19:49
    L’expérimentation artistique dans les évènements : l’exemple de la métropole marseillaise - Février 2010
    par iceot009@gmail.com

    twitter followers It is somewhat fantastic, and yet check out the advice at this treat. buy twitter retweets

  • 3 mars
    19:30
    L’expérimentation artistique dans les évènements : l’exemple de la métropole marseillaise - Février 2010

    Take your time to check out them additional specifically. The retailer unquestionably wants to get rid of our projector screen gadget make witout a doubt have. Roofing Companies

  • 2 mars
    10:56
    Push Money App System Review - Are You Being Scammed ?

    Here you will learn what is important, it gives you a link to an interesting web page :
    press cash software

  • 1er mars
    12:04
    David
    par David

    Freezing consideration perhaps it is an understanding to create could possibly help everybody else is having troubles searching though My group is some unclear a lot more i am permitted to get details and even communications information at these. healthy berries

  • 26 février
    11:08
    Davidx
    par David

    Hello there, My spouse and i come across perusing this content a new enjoyment. It is quite valuable along with exciting and intensely very much awaiting looking at additional of your respective operate.. salesenvy review

  • 23 février
    17:44
    David John
    par David JOhn

    I high appreciate this post. It’s hard to find the good from the bad sometimes, but I think you’ve nailed it ! would you mind updating your blog with more information..Cheap Postcards Mailing

  • 23 février
    15:40
    amir

    You could be allowed to put up manufacturers, except for shortcuts, in the event that they’ve been recognized not to mention concerning content.
    accessorize your bong

  • 23 février
    12:02
    Glass Bongs | Online Head Shop

    Cool you write, the information is very good and interesting, I’ll give you a link to my site.
    bongs online

  • 22 février
    09:17
    AsharSeo
    par AsharSeo

    I high appreciate this post. It’s hard to find the good from the bad sometimes, but I think you’ve nailed it ! would you mind updating your blog with more information...Window Perf Printing

  • 20 février
    23:38
    L’expérimentation artistique dans les évènements : l’exemple de la métropole marseillaise - Février 2010

    Wonderful posting, Thanks a ton to get spreading The following awareness. Wonderfully authored posting, doubts all of blog owners available precisely the same a higher standard subject material just like you, online has got to be improved site. I highly recommend you stay the best !
    Cheap ClubFlyers

  • 20 février
    13:54
    David
    par Davids

    how to get twitter followers Awesome dispatch ! I am indeed getting apt to over this info, is truly neighborly my buddy. Likewise fantastic blog here among many of the costly info you acquire. Reserve up the beneficial process you are doing here. buy twitter retweets

  • Février 2011
    15:39
    Pensons le matin !
    par Quentin

    Bonjour,

    "Depuis quelques mois, des créateurs, des acteurs, des structures culturelles et des militants du « droit à la ville » ont ouvert un groupe de travail, sur le principe des universités populaires, pour réfléchir aux impacts urbains de Marseille Provence 2013 et aux conditions de sa réalisation. Ces réunions ont été initiées conjointement par des animateurs de l’association Un Centre Ville pour Tous et par la Friche La Belle de Mai. Ils ont été rapidement rejoints par d’autres acteurs de la société civile.

    Un Centre Ville Pour Tous est une association militante qui intervient aux côtés des habitants afin qu’ils ne soient pas victimes des politiques de réhabilitation et des transformations urbaines.
    Quant à la Friche La Belle de Mai, elle a toujours envisagé son développement artistique et culturel comme partie prenante et intégrante d’un projet de ville.

    L’interrogation posée par le groupe est : « Y a t-il une fatalité à ce qu’un projet culturel provoque ou accompagne les processus de gentrification ? ». Cette question se pose avec acuité dans le cadre de Marseille Provence 2013 Capitale européenne de la culture, avec ses événements majeurs, les nouveaux équipements structurants qui l’accompagnent, risquant d’accélérer l’exclusion des habitants les plus exposés à la précarité économique, pour les remplacer par des populations plus aisées." (extrait de pensonslematin.org)

    Un blog avec des articles en ligne a été ouvert : pensonslematin.org

    Salutations,

    Quentin Dulieu
    Pour ARTfactories/Autre(s)pARTs

  • Novembre 2010
    11:09
    Des friches et des squats comme nouveaux territoire de l’Art
    par Philippe LEGER

    Merci Quentin ! Grâce à vous, l’acronyme « NTA » a perdu de son mystère en quelques lignes. Ce sont des « Friches, laboratoires, fabriques, squats, projets pluridisciplinaires... », selon un rapport du Secrétariat à la décentralisation culturelle du gouvernement Jospin datant de 2001 . Vous précisez que cette définition renvoie à « des projets et lieux artistiques et culturels revendiquant leur inscription sur des territoires souvent en friches. »
    À partir de là, une réflexion peut s’engager avec « un public le plus large possible », pour reprendre les mots de Frédéric Khan...
    On a rebaptisé « Nouveaux Territoires de l’Art » des « friches », des « squats »... des lieux que le public « le plus large possible » considère comme plutôt lugubres, voire dangereux... infréquentables !
    La Friche Belle de Mai à Marseille ne fait pas exception. D’abord, elle est excentrée et mal desservie par les transports en commun. Seule une partie a été réhabilitée. Le reste, c’est "trash" et c’est souvent "crade", sans parler de la sécurité !
    Cela en dit beaucoup sur la considération que notre Nomenklatura politico-culturelle réserve au "public le plus large".

  • Novembre 2010
    16:02
    L’expérimentation artistique dans les évènements : l’exemple de la métropole marseillaise - Février 2010
    par Quentin

    Bonjour,

    Je vais essayer de répondre à votre critique.
    Pour commencer, les ateliers de réflexions sont des journées de débats à partir de cas concrets d’expériences artistiques entre les équipes membres d’ARTfactories/Autre(s)pARTs. Ces discussions permettent de nourrir les réflexions et de participer aux débats plus global de l’action culturelle. La synthèse que tu as pu lire est le fruit de ces échanges. Elle est à re-situer dans son contexte et avec les autres documents écrits et vidéos sur le sujet.
    Je ne sais pas si vous avez lu la synthèse complète de cet atelier ainsi que l’article de Pascal Nicolas-Le Strat (dans la colonne de droite). Si ce n’est pas le cas, je vous invite à le faire ce qui vous permettra d’avoir un point de vu plus large sur la discussion qui a permis l’écriture de cette synthèse.
    La définition "NTA" est apparue en 2001 dans un rapport du Secrétariat à la décentralisation culturelle du gouvernement Jospin, intitulé "Friches, laboratoires, fabriques, squats, projets pluridisciplinaires...". Elle désigne des projets et lieux artistiques et culturels revendiquant leur inscription sur des territoires souvent en friches. Ces équipes ont inventé et expérimenté d’autres manières de développer des actions artistiques et culturelles, par exemple par le biais de projet participatif, par la maîtrise d’usage, la co-construction... "La dynamique de création de ces nouveaux projets prend souvent sa source dans la rencontre d’artistes et de producteurs cherchant à réunir les conditions élémentaires pour travailler avec des publics prêts à s’impliquer pour faciliter l’accès à des formes artistiques et culturelles négligées dans les équipements traditionnels." (extrait du rapport).
    Ce rapport reste aujourd’hui un document de référence pour un grand nombre d’acteur culturel. A ce jour, nombreux sont les NTA qui se trouvent dans des situations financières et matériels difficiles, en particulier avec le retrait de certains partenaires pour se recentrer sur les lieux labellisés tout en reconnaissant le travail mené par les NTA.
    Pour les valeurs, nous pouvons dans un premier temps souligner un texte synthétisant quelques points : Les 10 propositions d’Autre(s)pARTs. Le texte est disponible ici. Une actualisation va être enclenchée.
    Pour finir, le rédacteur, Frédéric Kahn, est journaliste et co-auteur avec Fabrice Lextrait du livre Nouveaux territoires de l’art (édition sujet/objet. 2005). Un ouvrage que je vous invite à lire.
    En espérant avoir éclairer un peu vos questions et remarques.

    Quentin
    Pour ARTfactories/Autre(s)pARTs

  • Novembre 2010
    15:13
    le journalisme n’est pas la mauvaise foi
    par Frédéric Kahn

    Cher monsieur
    La critique journalistique n’est pas l’expression d’une pure subjectivité, ni d’une humeur. Elle doit d’abord cerner l’objet et l’intention du texte que l’on prétend critiquer. Ici, donc, il s’agissait de rendre compte d’un atelier de réflexion sur une problématique précise et non de fournir une définition exhaustive ou une remise en contexte historique des NTA.

    Cependant, dans ma volonté d’essayer de m’adresser à un public le plus large possible, je donne quand même de manière succinte quelques clés de compréhension sur ce qu’est un NTA et sur "ces valeurs fondatrices" : "Ces projets ont tous vocation à se nourrir fortement du contexte dans lequel ils se développent, mais pour le transcender et ainsi œuvrer, par la pratique, à d’autres relations entre l’art et la population. Ils sont fondamentalement transversaux et trans-sectoriels et s’inscrivent dans un mouvement de décentralisation que la politique actuelle du gouvernement met cruellement à mal".

    Pour saisir en pofondeur les fondements des NTA, je vous invite à faire preuve d’un peu de curiosité et, comme le ferait un journaliste consciencieux, de vous documenter un peu. Vous êtes ici sur un site internet qui vous fournira toute la matière nécessaire pour saisir l’importance de ces enjeux artistiques. Mais cela demandera un peu de travail de votre part. L’information, contrairement, à ce que vous semblez penser, n’arrive pas prémachée ni prédigérée.

    Je regrette vraiment que vous n’ayez pas "appris grand chose" à la lecture de mon texte. J’essaie pourtant de rendre accessible au plus grand nombre des sujets complexes et pointues. C’est très difficile croyez-moi de s’adresser à un public qui a décidé a priori que le sujet ne l’intéresse pas. Je m’y emploie cependant et pour ce faire, "cent fois sur le métier je remets mon ouvrage".

    Quant à la dimension communicationnelle de ce texte, sachez que, justement, sans cette dimension, aucune information ne peut circuler. Communiquer ce n’est pas faire de la propagande, c’est instaurer un lien pour qu’une information puisse passer. C’est aussi défendre un point de vue et des valeurs. Je vous laisse libre de juger ces valeurs "ronflantes" et "suspendues dans le vide". Pour moi, elles sont fondatrices.

    Mais je me refuse à mépriser le lecteur en lui livrant de soient disant informations (courtes bien sûr, car il ne faut surtout pas risquer de fatiguer le consommateur) qui, au fond, n’ont pas d’autre fonction que de le distraire, de le divertir…

  • Novembre 2010
    11:27
    Un journaliste.... vite !
    par Philippe LEGER

    les Nouveaux Territoires de l’Art (NTA).... C’est quoi ? L’auteur de l’article ne les définit pas. Ne nous en donne pas les caractéristiques, même pas par des exemples. Il se livre à des digressions qui mettent en exergue les politiques : Durafour... Jospin, grâce auxquels le vocable de NTA aurait trouvé sa consécration en 2002. Il les décrit comme "recouvrant une réalité foisonnante et en prise avec les enjeux essentiels de l’action artistique et culturelle." Pour conclure que le "fantastique espoir" qu"ils ont suscité au cours du colloque de 2002 n’a pas tenu ses promesses politiques. Et il repart de plus belle en évoquant "les valeurs fondatrices des projets qui se reconnaissent sous cet intitulé... qui sont plus que jamais actives !" Quelles valeurs...?
    Le type même d’article ronflant, suspendu dans le vide, qui remplit des pages sans apprendre grand chose. On appelle cela de la "communication". Un journaliste... vite !