L’Usine - Tournefeuille (31)


Nom : L’USINE
Organisation juridique : Association loi 1901

Word - 41 ko
L’Usine-Tournefeuille

Commune et/ou groupement de communes : Tournefeuille fait partie de la Communauté d’Agglomération du Grand Toulouse (CAGT), créée le 27 juin 2000 et qui regroupe aujourd’hui un ensemble de 25 communes.
Région : MIDI-PYRENEES
Département : HAUTE-GARONNE
Adresse : 18, chemin du canal - 31170 Tournefeuille

L’Usine regroupe des compagnies de théâtre de rue et des associations culturelles professionnelles. Au départ, en 1985, un regroupement informel d’artistes et de compagnies qui fondent l’association l’Usine, en 1992, pour formaliser et développer le projet collectif. Elle est installée à Tournefeuille depuis 1994 dans une ancienne menuiserie

Fiche Projet ARTfactories/Autre(s)pARTs


PRATIQUES ARTISTIQUES ET CULTURELLES


Genèse du projet : Regroupement informel d’artistes et de compagnies à partir de 1985, l’association l’Usine a été fondée en 1992 pour formaliser et développer le projet collectif. A partir de 1985, le collectif occupe une friche industrielle sur la commune de Blagnac (31), mais la vétusté des locaux et l’absence de projet réaliste pour une relocalisation sur la commune ont contraint l’Usine à déménager à Tournefeuille en 1994.
De 1960 à la fin des années 1980, les bâtiments actuels de l’Usine étaient une menuiserie industrielle à l’abandon entre 1990 et 1994. La surface totale du terrain, bâtiments compris, est de 8 000 m2 environ.

Artistes présents : L’Usine est un collectif de compagnies de théâtre de rue et d’associations culturelles professionnelles ; sont représentées au Conseil d’administration : les compagnies Le Phun (Phéraille), les P’tites d’en Face et Color y Calor, les associations La Machine (François Delarozière) et Thérèse n’Thérèse.

Disciplines présentes : théâtre de rue, décors, marionnettes, clowns, musique, arts forains...

Partenariats avec d’autres structures artistiques (structures conventionnées ou non) :
L’Usine a développé de nombreux partenariats avec des lieux conventionnés comme le TNT - Théâtre national de Toulouse Midi-Pyrénées, des acteurs professionnels comme Vialarue (33 - Bordeaux) ou l’Espace Périphérique de la Villette, des festivals comme Aurillac et s’inscrit dans des réseaux comme Hors les Murs, la Fédération nationale des Arts de la rue, le Couac...

Partenariats avec les associations du quartier : les équipes de l’Usine élaborent des projets de spectacles suscitant des relations entre riverains, en partenariat avec les services municipaux, le tissu associatif communal et l’Usine (animation d’ateliers, démarche scénographique impliquant des habitants...).
Le lieu est aujourd’hui un partenaire de la Ville de Tournefeuille qui a placé les arts de la rue en première ligne de sa politique, mais est également un lieu conventionné (convention triennale 2006-2008) par la DRAC Midi-Pyrénées, le Conseil Régional Midi-Pyrénées, le Conseil général de la Haute-Garonne et la Ville de Tournefeuille.

Accueil d’artistes en résidence : le lieu comprend des compagnies résidentes et accueille en résidence ponctuelle des compagnies extérieures au collectif (sous chapiteau ou en salle), pour la création et/ou la réalisation de décors. Critères de mise à disposition d’espaces de création : l’Usine prend en charge directement les transports, la nourriture et le logement, selon les disponibilités financières de l’association. L’Usine met à disposition les espaces nécessaires et les outils.
De plus, elle peut fournir les matériaux de construction de décors et mettre à disposition de la main d’œuvre technique spécialisée. Elle accompagne d’un point de vue juridique, social et fiscal les équipes qui en font la demande. Elle peut également assurer pour ces compagnies une fonction de communication et de relations publiques.
Enfin, dans le cadre des "sorties d’Usine", ces compagnies bénéficient d’une valorisation de leur travail auprès des adhérents (une centaine environ) de l’association, mais également d’un public professionnel liés au spectacle vivant. Afin d’aider au mieux l’accompagnement dans la création des compagnies invitées, l’Usine favorise les rencontres et les échanges de savoir-faire avec ses professionnels.
Stages, ateliers : stages et formations multiples (peinture en lettres, sérigraphie, scénographie, mise en scène, pyrotechnie...).

Lieu de ressources : Grâce au développement de son Pôle Ressources et à la présence de Thérèse n’Thérèse, l’Usine est un pôle de conseils en direction des structures de diffusion, des collectivités et des artistes, ainsi qu’un pôle d’information professionnelle pour les résidents et les usagers ponctuels. L’Usine est également membre du COUAC (Collectif Urgence d’Acteurs Culturels), association de type collégiale qui réunit une soixantaine d’acteurs culturels de l’Agglomération toulousaine.


CONTEXTE TERRITORIAL


Contexte démographique : La population de Tournefeuille a quadruplé au cours des 25 dernières années, elle a plus que doublé entre 1982 et 1990. Aujourd’hui la commune compte 22 758 habitants, ce qui la classe au troisième rang des communes de Haute-Garonne, après Toulouse et Colomiers.

Contexte géographique : Situé à l’Ouest de Toulouse dans une commune périphérique de l’agglomération.
Rapport avec la ville-centre : L’Usine est localisée dans la première couronne périurbaine de Toulouse, voisine de la ville-centre, elle a fait partie des premières communes à être touchées par l’étalement urbain.

Situation du logement : La pression foncière a fait grimper le tarif des terrains à un niveau élevé et le propriétaire prévoit au départ de l’association de détruire les bâtiments et de diviser la parcelle en lots à bâtir. L’Usine est aujourd’hui un rare témoin d’architecture industrielle dans un paysage transformé par l’omniprésence des pavillons individuels.

Contexte artistique : Plusieurs niveaux de structures culturelles coexistent : les lieux conventionnés aidés et les jeunes créateurs qui bénéficient peu des aides à la création. L’Usine se veut un lieu de résidence et de fabrique pour ces jeunes créations.


MODE D’OCCUPATION DU LIEU


Squat : En 1986, la compagnie Katertone cherche un lieu de fabrique et trouve à Blagnac une ancienne usine d’équarrissage. Durant sept ans, ils squattent ce lieu avec d’autres compagnies. L’Usine de Blagnac fonctionne alors dans une « logique familiale de partage des outils ».
Lorsqu’en 1992 l’Etat annonce des mesures pour les lieux de fabrique, un projet est lancé pour réhabiliter le lieu et l’association l’Usine est créée en 1993. Mais avec le transfert de propriété des bâtiments à la Ville, les problèmes de responsabilité en matière de sécurité et d’assurance changent de nature. Le coût de relogement des artistes à Blagnac dépasse les capacités de soutien et les volontés politiques. Face au délabrement du lieu, les équipes artistiques décident de l’abandonner.

Bail précaire : Les compagnies déménagent ensemble en 1994 dans un autre lieu trouvé en location, une ancienne menuiserie industrielle, sur la commune de Tournefeuille. Les propriétaires sont les héritiers de l’ancien patron de la menuiserie industrielle.
L’Usine a renouvelé son bail jusqu’en 2007, date à laquelle elle devra déménager dans un autre lieu à Tournefeuille. L’Usine s’installera en effet dans de nouveaux locaux dont les travaux de construction commenceront fin 2006 - début 2007 dans la Zone Pahin à Tournefeuille. Compte tenu des relations privilégiées que l’Usine entretient avec la Ville et de son implantation à Tournefeuille depuis 15 ans, le collectif souhaitait rester sur son territoire.
Grâce à la forte reconnaissance de ses partenaires institutionnels, l’Usine va donc bénéficier de locaux plus spacieux et plus adaptés à ses besoins en doublant sa surface tant bâtie qu’extérieure. L’Usine et son collectif artistique ont directement participé à la définition du schéma de répartition et de fonctionnalité de ces futurs espaces.
En outre, l’Usine comptera parmi ses membres une nouvelle structure, La Ménagerie, spécialisée dans le film d’animation. Ce projet de relocalisation porté par la Communauté d’Agglomération du Grand Toulouse (CAGT) représente une enveloppe budgétaire de 3,1 millions d’euros hors taxes.


ACCOMPAGNEMENT DES POUVOIRS PUBLICS


Partenaires financiers : dans le cadre de la convention triennale (2006-2008) DRAC Midi-Pyrénées, Région Midi-Pyrénées, Conseil général de la Haute-Garonne, Ville de Tournefeuille. Le CNASEA.

Compétence de l’agglomération en matière culturelle : La communauté d’agglomération, présidée par la mairie de Toulouse, n’a pas de compétence culturelle mais est compétente en matière de politique de la ville et en matière de « construction, aménagement, entretien et gestion des équipements culturels et sportifs communautaires ».
La CAGT a pris l’engagement de soutenir la structure, en l’inscrivant dans le volet culturel du Contrat d’Agglomération du Grand Toulouse, signé le 3 novembre 2003.


FONCTIONNEMENT DU LIEU


Organisation : Depuis 2002, la structure a un bureau indépendant du collectif composé d’un Président, d’un secrétaire et d’un trésorier. L’association comprend des membres résidents, qui versent une cotisation annuelle et une contribution mensuelle faible au fonctionnement ; des membres adhérents, qui versent une cotisation associative annuelle ; des membres fondateurs, qui incarnent l’esprit général et la continuité du projet de l’association et versent une cotisation annuelle ; des membres d’honneur, qui ont rendu des services importants à l’association. Chaque compagnie résidente ou produite par le site est représentée au CA.

Principes de gestion du lieu : l’Usine se définit avant tout comme un collectif, une mutualisation de moyens et un outil de travail au service des équipes artistiques professionnelles résidentes mais aussi d’équipes extérieures


SECURITE


Réhabilitation ou défrichage des lieux par les porteurs de projet : Avant l’arrivée des compagnies et de l’association, le terrain était couvert de ronces et servait de dépotoir à gravats pour les chantiers de construction des pavillons voisins alors en construction.

Conformité aux normes de sécurité en vigueur et accueil du public : Les locaux ne sont pas aux normes, même si des travaux importants ont été faits pour améliorer l’installation électrique, la cuisine-cantine et les sanitaires ; une issue de secours a été créée pour la sécurité du bâtiment.
Ces locaux sont trop petits, hors normes de sécurité et peu propices au développement du lieu : par exemple, pour les constructions et décors monumentaux réalisés à l’Usine (décors du Royal de Luxe notamment), l’architecture n’est pas adaptée à la pratique artistique, le stockage de décors est peu envisageable, les bureaux sont insuffisants.
L’accueil du public est limité dans un bâtiment qui n’est pas aux normes...

Mis à jour le mercredi 19 mai 2010