Edito : La culture pour chacun, une approche tout à la fois large et étriquée de la culture…


Que le Syndeac s’énerve à la lecture du projet de programme "Culture pour chacun", qui n’est finalement qu’un petit programme (de l’ordre de 77 millions € prévus dans le PLF Culture 2011) en dit quand même assez long sur leur difficulté à laisser un peu d’air dans le développement culturel contemporain de l’art.

Certes, il est aidé par le fait que ce projet s’en tient à une approche tout à la fois large et étriquée de la culture. Si l’ensemble des pratiques symboliques qui constituent une culture a bien une fonction de création d’une identité commune et d’un lien commun (lien social) entre les individus qui partagent cette culture, il relève aussi de la capacité donnée à chacun, de construire des parcours et des identités diversifiées, singulières et ouvertes aux autres. Par ailleurs, les pratiques artistiques font bien partie de cet ensemble, mais ont leurs propres spécificités, dont le projet ne dit absolument rien.

Par contre, il entretient une confusion, aujourd’hui comme hier, irrecevable entre les pratiques artistiques et les pratiques culturelles, plus largement entre l’art et la culture. Donc, on trouve bien dans ce projet de programme des éléments idéologiques qui peuvent entrer en résonance avec ce que défendent, au moins dans l’idéal, les démarches développées entre autres dans les friches culturelles. Mais après une mention pouvant paraître sympathique sur la nécessité d’"impliquer dans un processus actif d’appropriation et de création" nos concitoyens (et quelques autres mentions de ce type), la réalité de la mise en œuvre et des financements proposés fait ressortir une autre musique... Lire la suite

Philippe HENRY
Maître de conférences au département Théâtre de l’Université Paris 8 - Saint-Denis
Membre d’ARTfactories/Autre(s)pARTs

Mis à jour le jeudi 13 janvier 2011