"Les relations entre les décideurs publics et les musiques amplifiées : un ballet en sept figures." - Doc Kasimir Bisou

Atelier de conférence à Belfort - 5 décembre 2001.
Conférence de Jean Michel Lucas.

|image_reduire{300,0}

"Les relations entre les décideurs publics et les musiques amplifiées n’ont jamais été simples et ne pourront probablement jamais l’être. Les acteurs des musiques amplifiées répugnent à se présenter comme tels devant les décideurs publics. Ils brouillent aisément les cartes des catégorisations trop rapides. Comme le rappelle justement Marc Touché, dans sa présentation des « Mémoires Vives » d’Annecy, « les musiciens, pour un grand nombre, rechignent à se laisser enfermer dans des catégories étanches ». A vouloir mettre les uns et les autres dans des catégories “rock”, “musiques actuelles ou amplifiées”, “reggae”, “techno”, “punk” ou “musiques des jeunes” et mille autres encore, on arrive vite à la “production d’images d’Epinal”, à la construction de “stéréotypes” qui ont pour seule fonction de résoudre les problèmes avant de les avoir posés."

PDF - 252.9 ko
Jean Michel Lucas
Mis à jour le lundi 11 mai 2009