Annulé ! Tribune Artfactories/autresparts dans l’Observatoire


La revue L’Observatoire (édité par l’Observatoire des politiques culturelles) a consacré le dossier de son numéro 50 au "désir d’événement". Sollicité pour rendre compte de la cartocrise, cet inventaire initié par Artfactories/autresparts suite aux annulations d’événements et de festivals auxquelles nous avons assisté ces dernières années, Af/Ap en a profité pour revenir sur le contexte général de ces 5 dernières années... (sous la plume de Jules Desgoutte, co-coordinateur d’Af/Ap).


Annulé ! Tribune Artfactories/autresparts dans l'Observatoire

Extrait :

L’événement, comme catégorie politique, c’est ce qui fait Histoire, ce sont ces hauts faits, ces grandes paroles qui restent, qui sont suffisamment significatives pour qu’on s’en souvienne et qu’on en fasse le récit. Or, à cette catégorisation de l’événement comme élément constitutif de la vie politique semble se substituer peu à peu une catégorisation culturelle de l’événement, à travers le développement d’un secteur de l’industrie culturelle en pleine expansion : l’événementiel. Qu’on l’appelle "attractivité", "image", "visibilité, la plus-value qu’offre l’événementiel au politique, c’est le marché de la denrée la plus précieuse pour le politique, une fois qu’il a renoncé à agir - c’est l’image. C’est ainsi que l’événementiel, en vendant un subsitut d’événement au politique, opère le transfert de la valeur proprement politique de l’événement vers sa valeur économique.

Ainsi donc, ces cinq ans s’inscrivent dans un mouvement plus général qui, à travers un désir diffus d’événement, fait graduellement passer l’action culturelle du régime de l’action politique au régime de la communication marchande, en même temps que l’on passe de la politique d’État à une politique culturelle de territoire, dont l’appétence des métropoles pour le marketing territorial annonce les heures de gloire. Dans ce contexte, "l’annulation d’événement", dont la cartocrise nous parle, c’est d’abord l’illustration de faits politiques : l’austérité, la fin des politiques culturelles, les effets de l’état d’urgence sur l’espace public. Plus profondément, "l’annulation d’événement", c’est la conséquence d’une vie politique qui ne se construit plus par des actions et des paroles, mais par des images et des communiqués.

Desgoutte Jules, « Annulé ! », L’Observatoire, 2017/2 (N° 50), p. 36-36. URL : https://www.cairn.info/revue-l-obse...

Mis à jour le mercredi 6 décembre 2017