Coordination Nationale des lieux intermédiaires et indépendants

La création d’une Coordination Nationale des lieux intermédiaires et indépendants a été votée le 29 janvier 2014 au Collectif 12 (Mantes-la-Jolie) lors du Forum national des lieux intermédiaires proposé par Actes-If en partenariat avec l’Ufisc, le Synavi, la FRAAP, THEMAA, et ARTfactories/Autre(s)pARTs. Cette constitution en Coordination répond au besoin urgent exprimé pendant ce forum par l’assemblée présente d’une reconnaissance de la place et du rôle de ces lieux intermédiaires dans le paysage culturel français et d’une constitution en réseau de leurs projets respectifs.

  • Les membres de la coordination

    La Coordination Nationale des lieux intermédiaires et indépendants est constituée à ce jour de 11 structures

  • Rencontre le 16 juillet à Avignon

    Suite au forum de janvier, qui a rassemblé une centaine de lieux, la coordination nationale des lieux intermédiaires et indépendants poursuit la réflexion collective par l’écriture d’une charte. Elle vise à traduire les valeurs et démarches de ces lieux artistiques, collaboratifs et alternatifs, où s’expérimentent une démocratie culturelle en acte. Elle définit des engagements et des objectifs. Dans un contexte de fortes transformations et de mutation des modes de création et d’échange symboliques, cette rencontre invite à débattre autour des actions à conduire en vue d’une politique renouvelée.

  • Intermittence - Non à l’accord Unedic du 22 mars 2014

    La Coordination Nationale des Lieux intermédiaires et indépendants demande au Ministre du Travail de ne pas agréer l’accord Unedic du 22 mars 2014.
    La Coordination Nationale des Lieux Intermédiaires et Indépendants réunit un très grand nombre de Lieux artistiques et culturels du Tiers secteur, qui ont aujourd’hui un rôle majeur dans le renouvellement des esthétiques et œuvrent au plus près des territoires et de tous les publics, y compris les plus éloignés.

  • Constitution de la Coordination Nationale - Communiqué

    A l’occasion du Forum National des Lieux Intermédiaires, réuni au Collectif 12 à Mantes la Jolie les 28 et 29 Janvier 2014, a été décidée la constitution d’une Coordination Nationale des Lieux Intermédiaires et Indépendants.
    Souhaitée par la centaine de lieux et par les réseaux, syndicats et fédérations présents : Actes if, l’UFISC, le Synavi, la FRAAP, THEMAA, ARTfactories/Autre(s)pARTs, le L.I.E.N, la Fédération Nationale des Arts de la Rue, cette coordination ouverte se donne comme objectifs :



LIEUX INTERMÉDIAIRES ET INDÉPENDANTS : RENTRÉS PAR LA GRANDE PORTE DE LA LOI LCAP POUR FINIR DANS LA POUBELLE DU MINISTÈRE ?

Lieux intermédiaires et indépendants : rentrés par la grande porte de la loi LCAP pour finir dans la poubelle du Ministère ?
La Loi Liberté de création, architecture et patrimoine (LCAP) votée le 29 juin dernier au Sénat, consacre dans son article 3 alinéa 14, l'un des objectifs poursuivis par cette politique en faveur de la création artistique dans les termes suivants : « Contribuer au développement et au soutien des initiatives portées par le secteur associatif, les lieux intermédiaires et indépendants, les acteurs de la diversité culturelle et de l’égalité des territoires. » Or, l'annonce officielle par le Ministère de la Culture et de la Communication des lieux soutenus pour 2016 au titre des « Ateliers de Fabrique Artistique » (cf. tableau ci-dessous) en lieu et place des « lieux intermédiaires et indépendants » rompt brutalement avec les principes défendus et la logique du gros travail législatif engagé depuis plus de deux ans par l'ensemble des réseaux et organisations professionnelles réunies au sein de la Coordination nationale des lieux intermédiaires et indépendants (CNLII) et dans laquelle ARTfactories/Autre(s)pARTs est particulièrement engagée. Explication.


CE QUE LES LIEUX INTERMÉDIAIRES ET INDÉPENDANTS ONT EN COMMUN(S)

Ce que les Lieux Intermédiaires et Indépendants ont en Commun(S)
Le corps social est porteur des dynamiques et des manières de faire capables de constituer le sens de l’intérêt général, dont le corps politique est garant. C’est à cela que travaille la Coordination nationale des lieux intermédiaires et indépendants (CNLII), au sein du champ culturel, en tâchant de rendre audible ce qu’il y a de commun à nombre d’expériences, de lieux et de nouvelles pratiques qui articulent culture, peuple et démocratie à l’aujourd’hui. Ce combat demande à être noué à tous ceux qui se mènent pour de nouvelles formes du commun, contre les logiques d’appropriation, que ce soit du côté du vivant, du côté du savoir ou du côté du territoire, parce que ce qui se joue dans le secteur culturel n’est pas autre chose que ce qui se joue dans le corps social en général, et parce que c’est à ce niveau de généralité que nous conquerrons la puissance d’agir nécessaire à la transformation du pouvoir politique et de ses institutions, dont nous avons, tous, le désir profond, dont nous ressentons tous l’appel.